présentation des peintures synchronistiques

jeudi, décembre 07, 2017

Le fabuleux destin (pictural) du dauphin

Albrecht Dürer, Arion sauvé par un dauphin, encre et aquarelle, 14x23cm, 1514, Kunsthistorisches Museum, Vienne
Depuis la plus haute antiquité, le dauphin a été considéré comme une sorte de personnification de la puissance marine. Sa célérité, et ses sauts répétés dans les vagues accompagnant les navires, ont certainement facilité cette analogie. 

On le voit représenté sur une fresque du palais de Knossos, vieille de trente-cinq siècles. 

Fresque de la salle de la reine, palais de Cnossos, Crète, vers 1500 av J-C
Cette fresque se situe dans la salle de la reine, rappelant qu’avant d’être le royaume de Poséidon, la mer était associée à la déesse-mère. Et le dauphin symbolisait sa fécondité, son pouvoir de procréation.
En grec, delphus signifie la matrice. Ainsi le dauphin (delphina), de genre féminin en grec, est une sorte d’ « animal-utérus de la mer » (C. G. Jung et C. Kerényi, L’essence de la mythologie, Paris, Payot, 1980, p.77). Autour de cette « matrice linguistique », convergent la ville de Delphes et son culte d’Apollon (on verra que ce dieu solaire a quelques liens mythiques avec le dauphin), mais aussi le Dauphin de la royauté française, dont le titre dérive de la province du Dauphiné, que l’étymologie associe à adelphos, le frère (a-delphus : "lié par la même matrice").
L’homonymie entre le cétacé et le prétendant au trône a été utilisée par les artistes, comme en témoigne cette dédicace d'un livre de Bossuet destiné au Dauphin (le dessin est de Hyacinthe Rigaud):
Détail de la page de dédicace du livre "Politique tirée des paroles de l'Ecriture Sainte", par Bossuet, Pierre Cot éditeur, 1709 

Le dauphin est donc l’animal marin qui accompagne les hommes comme des frères. Nombreuses sont les légendes où on le voit prendre soin des enfants, ou sauver des naufragés. Ainsi dans le livre IX de son Histoire Naturelle, Pline l’Ancien décrit les dauphins — qui allaitent leurs petits, comme des êtres sensibles aimant la musique, et faisant preuve d’une amitié spontanée envers les humains. Il raconte qu’un dauphin du lac Lucrin s’était lié d’amitié avec un enfant qu’il transportait sur son dos pour le conduire à son école sur l’autre rive du lac. Cela dura plusieurs années, puis l’enfant mourut de maladie. Le dauphin en éprouva une telle tristesse qu’il se laissa mourir aussi.

Le dauphin est abondamment représenté dans l’art gréco-romain. Il figure sur de nombreuses monnaies, fresques, mosaïques, sculptures, bijoux, vases, etc. En voici quelques exemples
Eros chevauchant un dauphin, Ephèse IIs. av J-C

Taras, fondateur de Tarente, chevauchant un dauphin envoyé par son père Poséidon, monnaie 350 av J-C

Néréides et dauphins, décor d'un vase d'Apulie, Ve s. av J-C

Eros chevauchant les dauphins, mosaïque de Delos, IIe s. av J-C

Amours chevauchant des dauphins et tenant une boite à bijoux et un miroir, détail de la mosaïque de Vénus, maison d'Amphitrite IIe-IIIe, s. ap J-C, musée du Bardo, Tunis

Mais on le retrouve aussi en Egypte accompagnant Hatméhyt, déesse-poisson représenté généralement avec un poisson-chat sur la tête, mais aussi parfois avec un dauphin:

la déesse égyptienne Hatméhyt, figurine métallique, origine non connue

Le dauphin participe aussi, associé à une ancre, à l’un des premiers symboles du christianisme (IVe siècle). Ce symbole sera repris à la Renaissance par l’éditeur humaniste vénitien Aldus Manutius, accompagné de la devise «Festina lente» (Dépêchez-vous lentement).
À gauche, ancre et dauphin, symbolisant le Christ et l'église, mosaïque provenant des catacombes de Sousse (Tunisie, IVe s.) - à droite, sigle de l'éditeur Aldus Manutius
Curieusement, on retrouve le même dauphin faisant cette fois office du "serpent qui a précipité Adam dans une fosse profonde" sur une enluminure des "Chants royaux sur la Conception, couronnés au puy de Rouen" de 1519 à 1528 (source BNF Gallica)
Détail d'une enluminure des "Chants royaux sur la Conception, couronnés au puy de Rouen" de 1519 à 1528 (source BNF Gallica)
_________________________________________________

À partir de la Renaissance, le dauphin va intervenir dans de nombreuses scènes mythologiques, notamment celles qui impliquent des divinités marines : Neptune, Thétis, Oceanus, Triton, Amphitrite, Galatée …

En voici quelques occurrences :

Neptune, généralement représenté sur un char tiré par des chevaux marins, est associé au dauphin dans l’épisode où il enlève Caenis (à qui il accordera ensuite le vœu d’être transformée en homme – elle deviendra alors Caeneus) :
Neptune enlevant Caenis, gravure de Johannes Sadeler I, d'après un dessin de Bartholomeus Spranger . 1580

On le voit aussi sur certains dessins tenant dans sa main un dauphin comme emblème:
Nicoletto da Modena, Le dieu Neptune, gravure, v. 1500-1510

Et on le retrouve parfois avec sa femme Amphitrite, portés par des dauphins:
Neptune et Amphitrite, gravure d'Hendrik Goltzius, 1594

Thétis la Néréide, qui enfanta Achille, représentée sur un char tiré par des dauphins : 
Thétys, gravure d'Hendrik Goltzius, 1589

Oceanus, frère de Thétis, à cheval sur un dauphin géant :
Oceanus, gravure d'Hendrik Goltzius, 1589

Triton, fils de Neptune et d’Amphitrite, tenant une nymphe dans ces bras, accompagné d’angelot et de dauphins :
Triton et Nymphe, gravure d'après Rubens

Galatée, autre Néréide, est suvent représentée sur un char tiré par des dauphins:
Raphaël, Le triomphe de Galatée, 1514, fresque de la loggia de la Villa Farnésine, Rome

Ou directement assise sur un dauphin :
Charles Alphonse du Fresnoy (1611-1668), Le triomphe de Galatée, huile sur toile 111,8 x 98,1 cm, vente Sotheby's 
Et sur quelques gravures, on la voit aussi surfant sur un dauphin, le vent s’engouffrant dans son voile:
Monogrammiste CG (Allemagne), Galatée, gravure, 85 x 60 mm, 1537

Mais parmi les dieux associés aux dauphins il y a surtout Vénus, née de l’écume des vagues, et par extension, Cupidon, fils de la déesse. 
Bartholomeus Spranger, Vénus et Cupidon sur un dauphin, dessin non localisé
Marco Dente, d'après Raphaël, Vénus et Cupidon montés sur un dauphin et un monstre marin, C. 1515-1527, gravure 26,5x17,2 cm
Cupidon va être ainsi très fréquemment montré chevauchant un dauphin.
Pierre Paul Rubens, Cupidon monté sur un dauphin, huile sur bois, 14,5 x 13,5 cm, Musée royaux des Beaux-Arts de Belgique

Cette iconographie déjà présente dans l’antiquité, est étendue à la Renaissance aux putti et jeunes enfants, qu’on voit s’ébattre avec les dauphins dans les cortèges des dieux. 
Thétis portée dans la chambre nuptiale de Pélée, gravure de Pietro Aquila d'après la fresque d'Annibale Carracci, 1574, plafond de la galerie du Palais Farnèse, Rome
_________________________________________________

Mais il n’y a pas que les divinités marines pour avoir un rapport étroit avec les dauphins. j’ai mentionné Apollon, qui s’était transformé en dauphin pour prendre le contrôle d’un navire et le diriger vers Delphes (à ma connaissance, cet épisode n’a jamais été illustré), mais il faut y ajouter Bacchus, et même Diane, la chasseresse. 

Bacchus est parfois considéré comme le jumeau marin d’Apollon : c’est Dionysos Pélagios, honoré comme divinité aquatique par les habitants de la côte ionienne. Dans l’Iliade, Homère nous le montre, encore enfant, plongeant dans l’océan et se réfugiant dans la grotte de Thétis, pour échapper à Lycurgue. Le poète rapporte aussi, dans les Hymnes homériques, une autre légende concernant le dieu de la vigne : s’étant embarqué pour Naxos sur un vaisseau thyrrénien, il découvre que les matelots, qui sont en réalité des pirates, font le projet de le vendre comme esclave sur les côtes d’Asie. Alors le dieu se change en lion, fait apparaître sur le pont des animaux fantômes, et fait pousser, au son des flûtes, une vigne et du lierre sur le mât et les gréements. Les pirates effrayés plongent dans la mer, et sont instantanément métamorphosés en dauphins :
Bacchus transforme ses ravisseurs en dauphins, gravure de Jacob Matham (1571-1631), d'après David Vinckboons

Artémis (Diane) la vierge chasseresse, était aussi maîtresse des animaux ; dans certains sanctuaires côtiers, elle était vénérée comme une déesse de la mer, et portait le titre Artemis Delphinia. Mais dans l’iconographie, c’est sous la forme de Séléné / Luna, sa déesse jumelle, qu’elle est présentée en compagnie d'un dauphin.
Crispijn de Passe l'Ancien, La Lune, gravure d'une série sur les sept planètes, 1589
________________________________________________

Parmi les légendes impliquant des dauphins, la plus célèbre est l’histoire du poète Arion de Méthymne (VIIe s. av J.-C.), inventeur du dithyrambe, rapportée par Hérodote : 

Ayant acquis une grande renommée, et ayant fait fortune en Italie et en Sicile, Arion s’embarqua à Tarente pour revenir à Corinthe, où régnait son ami Périandre. Mais une fois en mer, les matelots voulurent le tuer pour s’emparer de ses biens. Il demanda comme ultime faveur d’être jeté à la mer avec sa cithare… Son chant attira alors les dauphins, l’un d’eux le prenant sur son dos et le conduisant au cap Ténare. Il se réfugia chez Périandre, à qui il raconta son histoire. Ce dernier le crût fou et le fit enfermer… Mais il retrouva finalement au port les marins voleurs, et libérera Arion, qui récupérera ses biens. Cette légende est le sujet de nombreuses fresques ou mosaïques antiques, et de beaucoup de tableaux et gravures des XVIe et XVIIe siècles.
Arion sauvé par un dauphin, mosaïque du IIIe siècle, issue des bains de Thyna, Tunisie
Détail d'une enluminure de "La cité de Dieu" de St Augustin, traduit par Raoul de Presles, illustré par Maître François, Paris 1478-80 (volume I folio 18) : Les marins coupable présentés devant Périandre, Arion sur le dauphin, et en fond, Jonas avalé par un poisson. exemplaire de la bibliothèque nationale de Hollande
Antoni van Leest, Arion sur le dauphin, gravure, 1577
Albbrecht Altdorfer, Arion sur le dauphin avec en arrière plan une néréide, gravure c. 1520-25
Gérard Jean Baptiste Scotin II, gravure (détail) d'après François Chauveau, 1728 : Arion jeté par-dessus bord, et sauvé par le dauphin

Pausanias, dans le livre II de ses oeuvres, reprend une autre légende, qui est à l'origine des jeux isthmiques de Corinthe, dédiés par le roi Sisyphe au dieu Palémon. 
Mélicerte, fils de Ino, avait été divinisé après sa mort sous le nom de Palémon. La légende dit qu'Ino, frappée de folie, s'était précipitée dans la mer avec le cadavre de son fils. Pausanias ajoute que le corps inanimé de Mélicerte fut retrouvé par Sisyphe grâce à un dauphin qui l'avait porté jusqu'à la côte :
Le corps de Mélicerte porté par un dauphin, gravure extraite des "Images ou tableaux de platte peinture des deux Philostrates", Paris 1617

___________________________________________________

Esope, le célèbre conteur phrygien (VIIe-VIe s. av J.-C.), dont s’est inspiré Jean de La Fontaine, nous livre aussi quatre fables impliquant un dauphin : 

  • - Le singe et le dauphin (reprise par La Fontaine) : 
Lors d’un naufrage, des dauphins viennent sauver l’équipage ; un singe qui était à bord profite de sa ressemblance avec les hommes et enfourche un dauphin ; ils conversent ensemble et le dauphin, s’apercevant de la supercherie en raison de la stupidité des propos du singe, le laisse à la mer pour aller sauver un véritable humain. Moralité : il ne faut pas vouloir en faire accroire aux autres quand on ne sait de quoi on parle.
Illustration de la fable d'Esope, extraite de 
Fables d'Ésope par Bensérade, 1678, pour le labyrinthe de Versailles

  • - Le dauphin et le thon (il existe une variante de la même fable avec un poisson volant plutôt qu’un thon) : 
Un dauphin poursuit un thon pour le dévorer ; celui-ci, dans son élan à fuir, sort de l’eau et vient se coincer entre deux rochers ; le dauphin, poussé par la rapidité de sa course, va s’échouer sur la plage et meurt. Le thon se trouve alors satisfait de mourir aussi, du moment qu’il voit la mort de celui qui a causé la sienne. Moralité : on accepte mieux les malheurs quand ceux qui en sont la cause sont touchés aussi.
Le dauphin et le thon, recueil de 32 illustrations des fables d'Esope, gravures d'après Francis Barlow, 1749

  • - Les dauphins, les baleines, et le goujon : 
Les dauphins et les baleines se font la guerre. Un petit goujon se propose comme médiateur ; sa posture ridicule lui attire le mépris des belligérants, qui préfèrent mourir au combat que de s’en remettre à cet avorton. Moralité : dans les temps troublés, on voit les minables qui cherchent à se faire valoir.

  • - Le lion et le dauphin : 
Un lion et un dauphin font une alliance d’entre aide, mais lorsque le lion appelle le dauphin à la rescousse, celui-ci décline, ne pouvant sortir de l’eau. Moralité il faut mieux choisir ses alliés en fonction de ce qu’ils sont capables d’apporter.

_____________________________________________________

Chez les peintres, la morphologie du dauphin est très variable. Les Grecs et les Romains avaient un peu accentué certains éléments saillants de sa morphologie, mais restaient dans un certain réalisme. Par contre les artistes de la Renaissance vont aller beaucoup plus loin dans la fantaisie : ces sympathiques mammifères marins, comme on a déjà pu le voir dans certaines des images qui précèdent, deviennent des monstres improbables, à tête de chien ou de bête fauve, ou des poissons à grosse tête pourvus d’yeux menaçants, d’une sorte de bec camus garni de dents pointues, d’une nageoire dorsale formant crête, et d’une longue queue mince et sinueuse. En voici quelques autres exemples:

Hans Sebald Beham, Putti sur des dauphins, gravures, 1521
Venus sur un dauphin, accompagnée de Cupidon, gravure d'Agostino Veneziano, d'après Raphaël, Musée de la Légion d'Honneur, San Francisco
Putto sur un dauphin, détail d'une toile attribuée à Peter Casteels I, 1ere moitié du XVIIe s., collection privée
Anonyme, entourage de Romeyn de Hooghe, Détail d'une gravure caricaturant  la prise de la flotte des Indes à Vigo, en 1702
_____________________________________________________

Il faut dire que cette restitution anatomique assez fantaisiste (que l’on voyait déjà au début de l’ère chrétienne) se prêtait bien aux nécessités des motifs décoratifs. On retrouve souvent le dauphin mêlé aux rinceaux végétaux dans les frises ornementales qui décorent l’architecture et les objets luxueux:

Heinrich Aldegrever, Frise décorative avec enfants et dauphins, gravure, 1527
Lucas de Leyde, Ornement avec deux dauphins, gravure, 1527
Coin d'un panneau décoratif, non situé

Bien qu’il soit un mammifère cétacé, le dauphin, aux XVIe et XVIIe s., est la plupart du temps représenté avec des écailles, une queue, et des nageoires de poisson.

Albert Flamen, "Diverses Espèces de Poissons de Mer : Le Dauphin - gravure, c. 1650


Pour terminer, voici une représentation amusante du lamantin, qui était vu dans l’imagination des graveurs du XVIIe siècle comme un cousin américain du dauphin....

Observés par des Européens, les Amérindiens chevauchent un lamantin d'autres capturent une créature marine et une tortue - détail d'une gravure de Wolfgang Kilian, livre attribué à Honorius Philoponus (probablement pseudonyme de Caspar Plautius, Linz, 1621
... Et, pour ne pas finir en beauté, une kitscherie synthétique de Jeef Koons, de 2006, sans doute inspirée de la fable d'Esope et de Vénus ou Galatée chevauchant un dauphin....

Jeef Koons, installation sans titre (fille avec dauphin et singe), 2006, Whitney Museum of American Art

vendredi, décembre 01, 2017

Déséquilibre : une allégorie du monde contemporain

Gilles Chambon, "Déséquilibre - allégorie du monde contemporain", huile sur toile 61x46cm, 2017

L’équilibre humain est fragile, et la société contemporaine doit lutter en permanence contre la menace d’anéantissement. Toutes les courbes qui mesurent la dynamique de notre planète s’affolent et croissent exponentiellement vers un point fatidique de plus en plus rapproché. 

Nous sommes semblables à des marionnettes dont les fils ont été coupés, ou encore à des automates dont les algorithmes individuels, désynchronisés, ne produisent plus qu’un vaste chaos collectif…

Ce tableau synchronistique mêle un dessin d’étude de Luca Cambiaso (v.1550-70) représentant un groupe de silhouettes, à un décor urbain fait d’une fusion/interprétation de « Mélancolia » de Giorgio de Chirico (1913) et d’une composition abstraite de Jan Voss (lithographie 1936).

Luca Cambiaso, dessin d'étude, groupe de silhouettes, vers 1550-70)
Giorgio de Chirico, "Melancolia", huile sur toile, 1913
Jan Voss, composition abstraite, lithographie, 1936



dimanche, novembre 05, 2017

L’enlèvement d’Hélène

Gilles Chambon, L'enlèvement d'Hélène, huile sur toile 70x48cm, 2017
Au moment où le monde médiatique résonne de la révolte des femmes contre les agressions et harcèlements sexuels de tous ordres, les grands héros virils de la mythologie vacillent sur leur piédestal. Ils ont tous en effet, ou presque, à un moment ou à un autre, forcé des femmes à les aimer, avec plus ou moins de rudesse, suivant en cela les dieux et les satyres qui avaient coutume de poursuivre les nymphes pour tenter de les violer.

Ainsi, par exemple, Persée délivre Andromède et du coup l’épouse…
Thésée délivre Ariane, convole avec elle, puis l’abandonne à Naxos…
Hercule sauve Hésione, et l’offre à son ami Télamon…
Pendant la guerre de Troie, Achille reçoit Briséis comme un vulgaire butin…
Et à l’origine de la guerre de Troie, Pâris enlève Hélène, femme de Ménélas…

C’est que la séduction, dans les temps anciens, avait quelque chose à voir avec l’exploit guerrier. Les histoires d’amour commençaient souvent par un acte violent, et se terminaient d’ailleurs généralement aussi de façon tragique. La passion des hommes pour la beauté des femmes était régie par les excès et les ambivalences de la conquête amoureuse.

L’enlèvement d’Hélène était-il l’escapade d’une femme mariée complice de son amant, ou la décision unilatérale et violente d’un guerrier amoureux… Les peintres, comme je l’ai montré dans un article précédent, ont penché tantôt d’un côté, tantôt de l’autre.

Mon enlèvement d’Hélène, synchronistique, rend palpable la violence du rapt, à travers les personnages torturés d’Egon Schiele et le mouvement mystérieux de la composition abstraite d’Albert Bitran.  Mais l’ambiguïté sur le consentement d’Hélène plane toujours...

J’ai utilisé pour cette composition :
-    Un « autoportrait nu » de Schiele (1910, gouache, aquarelle, et mine de plomb, 55,8x36,9 cm, Graphische Sammlung Albertina, Vienne)

-    Une « femme demi nue agenouillée » également de Schiele (1917, gouache, aquarelle, et mine de plomb, 40x50cm, localisation inconnue)

Une composition abstraite d’Albert Bitran titrée « Intérieur - Extérieur », (1971, huile sur papier, marouflé sur toile, 160 x 100 cm, localisation inconnue)